dimanche 25 septembre 2011

Pour 7km/s de plus.

MÀJ: Le 17/03/12 Le CERN donnait raison à Einstein. (il faudrait que l'auteur apprenne à écrire au conditionnel)


Ces jours-ci, c'est un séisme qui s'est produit dans le monde de la physique. En effet, un dépassement de la vitesse de la lumière a été mesuré par des scientifiques dans le cadre du programme Opéra. Des neutrinos, particules élémentaires de la lumière ont été mesurées à une vitesse de 299 799+-1,2 km/s.

Je ne voudrais pas faire vous faire affront, chers lecteurs, mais je suis obligé de rappeler rapidement quelques bases évidentes de physique même si je me doute que ces notions sont bien ancrées dans vos cerveaux. Nous savons que la vitesse de la lumière est de 299 792 458 m/s dans le vide. Communément désignée par c.

Je ne vais pas m'éterniser sur le fait que c'est une constante, et que l'additivité des vitesses est rejetée. En gros, deux vaisseaux spatiaux voyageant à 0,8 c (par rapport à un troisième observateur) ne percevront pas une vitesse relative de 1,6 c, mais de 0,98c. Nous avons utilisé la transformation de Lorentz pour arriver à ce résultat. (u= v+w/1+vw/c²). Elle est, enfin était, également considérée comme maximale.

Je pense qu'il est totalement futile de revenir sur le fait que les lois physiques s'expriment de manière identique dans tous les référentiels inertiels, car tout le monde le sait. Je n'ai pas non plus envie de m'éterniser sur une énième explication de la différence entre un baryon, un luxon et un tachyon.

Par contre, il est très important de faire une petite halte du côté du paradoxe EPR. En effet, cette manière de penser nous montre que la possibilité d'aller plus vite que la vitesse de la lumière avait été évoquée. Dans ce cas, nous pouvons voir qu'Einstein l'avait envisagé, même si nous serions tentés de croire le contraire.

Dans leur expérience de pensée Einstein-Podolsky-Rosen veulent réfuter l'interprétation de Copenhague de la physique quantique. Ils s'opposent énergiquement à toute existence d'un quelconque état d'un système quantique avant toute mesure. Pour eux, il n'y a aucune preuve que cet état existe avant cette observation.

Les trois hommes ont donné leur nom au paradoxe EPR : si on estime que les états intriqués existent réellement, soit une influence se déplace plus rapidement, soit la physique quantique est incomplète. Dans cette pensée, il était inconcevable que l'état quantique de deux objets doive être décrit globalement, sans pouvoir séparer un objet de l'autre, bien qu'ils puissent être spatialement séparés.

Le problème dans ce cas, pour Einstein et ses comparses, c'est que cela n'obéit pas au principe du «réalisme local» : principe selon lequel les propriétés d'un système ne peuvent varier que par interaction avec un autre système. Alors que deux systèmes placés dans un état intriqué doivent être considérés comme un système unique, même s'ils sont séparés par des grandes distances spatiales.

Je vais faire une parenthèse : l'état intriqué peut être visualisé en le comparant avec le cas des jumeaux. C'est schématique, mais c'est assez simple à comprendre : deux jumeaux peuvent être analysés séparément, comme deux humains totalement différents, mais les résultats seront plus proches de la réalité si le fait qu'ils soient jumeaux est intégré, même s'ils ont été séparés à la naissance. C'est vulgarisé, mais c'est à peu près cela.

Revenons-en au fait qui nous intéresse: le dépassement de vitesse de la lumière a été observé et mesuré. Nous pouvons donc constater que le fameux paradoxe EPR était correct : il y a bien quelque chose qui se déplace plus rapidement. Mais est-ce que l'état intriqué peut être considéré comme validé? 

Ce qui est extraordinaire dans cette mesure, c'est le nombre de questions qui viennent se pousser au portillon. Qu'en est-il de la théorie de la relativité où c était la vitesse maximale? Comment font les éléments pour aller plus vite que c? Quels effets apparaissent dans la téléportation quantique? Y a-t-il une dimension au delà des quatre connues?

Tout ça pour 7km/s de plus qu'une vitesse communément arrondie à 300 000 km/s.

MÀJ 10/10/2011 Serait-ce dû a un problème de synchronisation des horloges? Excès de vitesse des neutrinos?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire