lundi 26 septembre 2011

J'aime les Salopes!

J'aime les salopes. Oui, je les aime! Je trouve même complètement absurde qu'elles doivent manifester pour rappeler le droit fondamental à s'habiller comme elles le désirent. Et je me joins à leur combat, car je ne peux pas imaginer ma vie sans elles. Ce n'est pas seulement un combat pour le bien-être des femmes, mais c'est également une lutte pour la Beauté.

J'ai toujours été contre toute forme de censure ou de limitation de droit. Ici, les bien-pensants veulent pouvoir imposer aux femmes ce qu'elles doivent porter. Ce serait non seulement un affront fait à leur beauté, mais c'est surtout un retour vers des pratiques moyen-âgeuses qui ont été bannies depuis très longtemps.

Dès l'aube des temps, les filles d'Ève ont inventé des stratagèmes, des potions, des couleurs, des bijoux pour nous attirer vers elles. Depuis toujours, la mise-en-scène et le jeu de la séduction nous font fantasmer, nous font rêver, nous les hommes. Oui, nous succombons à la tentation, oui, nous tombons dans leurs doux pièges, mais avec Bonheur et Volupté.

Cela ne veut pas dire que lorsqu'elle est est habillé sexy ou que ses jambes sont dénudées, c'est moi qu'elle attend. Cela ne veut pas dire que je dois la prendre de force ou qu'elle veut être violée. Non, cela peut vouloir dire qu'elle se sent unique et qu'elle veut le montrer. Peut-être veut elle se sentir la plus belle des femmes pour son prince? Qui sait?

Peu importe le pourquoi du comment elle s'habille ainsi. C'est son droit, son envie, ses goûts et ses couleurs. Et personne ne doit pouvoir l'insulter ou la contredire dans sa manière d'être. Si certains hommes ont des problèmes avec leur libido et qu'ils ne peuvent pas dompter kiki à chaque fois qu'ils voient le début du commencement d'une paire de fesses, qu'ils aillent se faire soigner.

Comment peut-on imaginer un monde où le chef d’œuvre de la création serait caché? Dans le pire de mes cauchemars, je ne peux envisager un univers où les formes de ces jolies donzelles soient camouflées. Je veux avoir le droit de voir ces seins qui se dévoilent, ces jambes qui se dénudent, ces fesses qui se trémoussent. Regarder, mais sans (nécessairement) toucher.

Que seraient les jours ensoleillés si nous ne pouvions admirer nos bourgeoises qui tombent leur manteaux? Je veux pouvoir croiser ces décolletés qui pigeonnent, je veux admirer ces jupes qui virevoltent, je veux être ébloui par la blancheur de la peau douce qui prend le soleil, je veux admirer ces bras dans lesquels j'aimerais me lover.

Dans chaque rue, dans chaque magasin, je veux pouvoir continuer à me retourner sur une joconde qui passe à mes côtés. Je veux continuer à rechercher le regard coquin de cette splendide inconnue qui, pendant quelques instants, se trouve bellissime dans ma façon de l'admirer. Je veux pouvoir arrêter le temps pour aborder cette douce anonyme et la faire valser pour l'éternité.

Je veux pouvoir laisser vagabonder mon esprit vers des images lubriques lorsque cette business-women sculptée dans son tailleur vient s’asseoir face à moi dans le train. Je veux pouvoir admirer toutes ces déesses qui passent devant la terrasse de mon bistrot favori, et goûter à ma bière en pensant aux baisers fougueux que nous aurions pu échanger.

Je veux continuer à rêver qu'elles viennent se protéger sous mon parapluie lorsqu'elles se font surprendre par une averse. Je veux m'imaginer quelques instants seulement que c'est moi qui suis attendu par cette autre noble sirène solitaire. Je veux laisser sortir la poésie de mes mots qui glisseront vers l'exquise égérie surprise par mon regard émerveillé.

Chères salopes, que vous ayez vingt ans ou nonante, que vous soyez minces ou dodues, que vous soyez petite ou grande, continuez à vous faire belle. Chères salopes, enfilez cette jupe qui me laisse pantois, décrochez ce bouton qui me fait plonger dans votre décolleté, chaussez ces hauts-talons qui dessinent vos jambes et me font chavirer. Chères salopes, restez belles.

Chères salopes, n'écoutez pas ces conservateurs conformistes, n'entendez pas les injures qu'ils vous crient parce que vous leur faites de l'effet. Ne vous laissez pas dicter votre comportement par ces cafards qui veulent vous soumettre. Ô non, chères salopes, ne les prenez pas au sérieux, ce ne sont que des réfractaires imperméables à la douceur de votre Beauté.

Que vous sortiez vos atours, que vous vous maquilliez, que vous vous coiffiez, que vous préfériez être délicatement naturelles ou que vous soyez théâtrales, peu m'importe. Soyez coquettes, soyez sexy, soyez baroques, soyez authentiques, soyez folles, soyez sobres, soyez pures, ou plutôt obscures, ou exotiques, mais surtout soyez ce que vous êtes : soyez Belles, soyez Femmes!

Car je vous aime, Ô, Salopes!

8 commentaires:

  1. C'est noté,
    Merci pour elles, merci pour moi...!!!

    RépondreSupprimer
  2. Alors je suis fière d'être une dite Salope ;) kiss

    RépondreSupprimer
  3. les salopes marchent sur paris un blog très sympa en parle : fleur de menthe

    RépondreSupprimer
  4. J'adore ton article. Je pense que c'est parce que c'est un point de vue fort, tranché, proclamé, et qu'il vient d'un homme...

    RépondreSupprimer
  5. A vous lire, on a envie d'en être. Vraiment !

    RépondreSupprimer
  6. Moi je kiff toutes les femmes et je les respectes même toi m'a belle Nora Gaspard.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne pense pas que les femmes s'habillent ainsi légèrement uniquement pour se faire relooker, tu sais. Les regards insistants sur les jambes et les décolletés ne sont pas forcément agréables. Si on peut mettre des petites jupes pour vous, c'est aussi (et surtout) pour NOUS qu'on s'habille comme ça! Et tu n'a pas l'air de l'avoir compris. Mais bien sur je sais que tu es loin d'être un phallocrate et je vois a peu près où tu veux en venir. Sans vouloir passer pour une rabat-joie ^^
    Bises

    RépondreSupprimer